Mai 2011



Comment choisir le bon côté

Quand on commence à se renseigner sur le moulage par injection, une des premières choses qui frappe est que tout le monde parle de « partie fixe » ou « moitié A » et de « partie mobile » ou « moitié B. » Ces expressions se rapportent à un côté ou à l’autre d'un moule à injection. Lorsqu’on fabrique le moule qui servira à réaliser la pièce, une partie de la surface externe de cette pièce sera créée par la moitié A (fixe) et l'autre par la moitié B (mobile). La moitié A et la moitié B sont des concepts tellement fondamentaux du moulage par injection que personne ne prend le temps d’expliquer ce que signifient réellement ces deux termes. Pourtant, les facteurs à prendre en compte et les conséquences potentielles de l’affectation de la moitié A ou de la moitié B à un côté ou à l’autre de la pièce sont extrêmement complexes. Bien comprendre les implications de ce choix pourra vous aider à concevoir de meilleures pièces et à éviter les mauvaises surprises plus tard.


La plupart des contraintes et des caractéristiques relatives au « choix du côté » dans le moulage par injection relèvent de deux facteurs de base. Le premier est la physique : le plastique se contracte en refroidissant. Le deuxième est la conception courante des machines de moulage par injection . Pratiquement toutes les presses à mouler par injection sont construites de manière à injecter le plastique fondu dans une des moitiés du moule (que l’on appelle par convention moitié A), tandis que le système d'éjection des pièces se trouve sur l'autre moitié du moule (que l’on appelle par convention moitié B). Sur la Figure 1, l’unité d’injection de la presse se trouve à gauche et l’unité de serrage (qui intègre le système d’éjection) se trouve à droite.

Figure 1 : Composantes d’une machine de moulage par injection.

Figure 1 : Composantes d’une machine de moulage par injection.


L’éjection est l’un des principaux déterminants du choix d'une moitié ou de l’autre pour former les différents côtés d’une pièce. On pourrait penser que, quand le moule s’ouvre après avoir formé la pièce, cette pièce tombe pour laisser la place au cycle suivant. Pourtant, ce n’est pas le cas. Du fait que le plastique se contracte en refroidissant, il enserre toutes les parties convexes du moule et s’y agrippe fermement. C’est pourquoi, sauf dans le cas de quelques rares géométries, la pièce restera attachée aux deux moitiés du moule. Les presses à injection, toutefois, sont conçues en conséquence et peuvent exercer une force assez considérable pour ouvrir le moule. Votre pièce restera généralement dans la moitié du moule qui présente le plus de surfaces convexes. S’il s’agit de la moitié B, tout va bien, le système d’éjection la poussera hors du moule pour se préparer au cycle suivant. S’il s’agit de la moitié A, par contre, tout s’arrêtera jusqu’à ce que le technicien chargé du processus de moulage trouve un moyen de détacher la pièce sans endommager le moule.


Les surfaces d’une pièce peuvent être très complexes et comporter des nervures, des bossages, des noyaux, des trous débouchants, ainsi que d’autres géométries qui augmentent la tendance des deux côtés de la pièce à adhérer au moule. Il faut parfois au personnel de conception de Protomold des outils logiciels et beaucoup d’expérience et d’intuition pour identifier la moitié A et la moitié B. Malgré cela, il sera parfois nécessaire de modifier légèrement la conception du moule ou le processus de fabrication pour que la pièce reste attachée à la moitié B.


Que vous choisissiez de donner à votre modèle une orientation A/B particulière ou tout simplement d’approuver l’orientation choisie par Protomold, l’orientation de votre pièce par rapport aux moitiés du moule fera une différence en ce qui concerne son aspect esthétique.


Selon le type de point d’injection, la moitié A d’une pièce pourra présenter des traces d’injection, surtout si on utilise la méthode par buse chaude. C’est important, car la moitié A est souvent la face cosmétique de la pièce (ex. l’extérieur d’une boîte ou d’une coquille). Ces traces peuvent être prévues et camouflées ou masquées, par des décalcomanies, par exemple.


La moitié B présente habituellement des marques d’éjection. Elles sont normalement moins cruciales car la moitié B constitue généralement la face cachée, non cosmétique, d'une pièce. Il y a toutefois des exceptions : un plateau en plastique concave destine à être encastré dans une surface, par exemple. Dans ce cas, les marques seront prévues et traitées de la même manière que les traces du point d’injection.


Votre devis interactif ProtoQuote® gratuit fournira une analyse technique montrant comment Protomold a décidé d’affecter les moitiés du moule. Dans votre devis, les surfaces formées par la moitié A du moule sont de couleur verte, les surfaces formées par la moitié B sont bleues, et les surfaces éventuellement formées par des tiroirs seront teintées en rose. Nous vous demanderons d’approuver ces deux aspects de la conception au stade de la confirmation de votre commande, ainsi que le positionnement du point d’injection et des éjecteurs.


Il existe parfois une certaine latitude pour déterminer l‘orientation de la pièce, et quelques modifications mineures du dessin de votre pièce permettront souvent de l’orienter différemment. Comme toujours, les ingénieurs de notre service clientèle sont à votre disposition pour répondre à toute question concernant l'affectation des moitiés du moule ou tout autre aspect du dessin de votre pièce au +33 (0)4 79 65 46 52.






Pour en savoir plus sur les géométries particulières des moules et des pièces auxquelles il est fait référence dans les devis interactifs ProtoQuote, ainsi que sur le fonctionnement du moule lui-même, inscrivez-vous pour recevoir gratuitement votre moule démo Protomold.




(Figure 1 photo credit: Image créée par Brendan Rockey, University of Alberta Industrial Design.)