Insight

L’anodisation

Votre masterclass en design produit et développement

 

Masterclass Protolabs’ Insight

Notre série de vidéos Insight vous aidera à maîtriser la fabrication numérique.

En plus de nos conseils de conception mensuels, nous publions désormais régulièrement ces nouvelles vidéos : chacune d'entre elles vous donne un aperçu plus approfondi de la manière de concevoir de meilleures pièces. Nous aborderons des sujets spécifiques tels que le choix du bon matériau d'impression 3D, l'optimisation de votre conception pour l'usinage CNC, les finitions de surface pour les pièces moulées, et bien d'autres encore.

Alors, rejoignez-nous et ne manquez pas l'événement.

 

Insight: L’anodisation

13.03.2020

Bonjour et bienvenue dans cette nouvelle édition de nos vidéos Insight !

 

Cette semaine, nous nous penchons sur l’anodisation de pièces aluminium et décrivons les avantages de ce procédé pour protéger le métal et ajouter une finition décorative.

Le saviez-vous ? L’oxyde d’aluminium est la deuxième substance connue pour la dureté, après le diamant. Pensez-y.

Cela signifie que l’anodisation protègera vos pièces de l’abrasion et de la corrosion. Elle apporte également une finition élégante et peut être teintée, ce qui la rend appréciable ne serait-ce que pour des raisons esthétiques.

Nous allons étudier ce procédé et, plus important encore, je vais vous orienter pour en tirer le meilleur parti.

En premier lieu, les données scientifiques.

L’anodisation est un processus de passivation électrolytique. Son nom découle du rôle d’anode confié à la pièce à traiter.

La méthode la plus répandue est l’anodisation à l’acide sulfurique.

La pièce est nettoyée, puis plongée dans l’acide sulfurique. On lui applique une charge positive, et une charge négative est envoyée vers des plaques également immergées dans l’acide. La pièce en aluminium se combine avec les ions d’oxygène chargés négativement pour former de l’oxyde d’aluminium.

Voilà pour la théorie. Abordons maintenant ce que vous devrez vraiment retenir.

La première question à se poser consiste à savoir pourquoi vous souhaitez anodiser des pièces. Pour les protéger ? Dans un but esthétique ?

Vos réponses détermineront l’épaisseur du revêtement nécessaire. Plus celui-ci est épais, mieux vos pièces seront protégées.

Cela peut sembler infime, à l’échelle du micron, mais chaque millionième de mètre compte. Pour les finitions décoratives, il faut envisager une épaisseur minimum de 5 à 25 microns.

Si la pièce doit être teintée ensuite, nous vous recommandons une épaisseur de 15 à 25 microns.

Bien sûr, une épaisseur supérieure améliorera la résistance à l’abrasion et à la corrosion. Si une forte protection est nécessaire, tournez-vous vers l’anodisation dure. Elle produit une épaisseur comprise entre 25 et 50 microns. Vous souhaitez anodiser une pièce. Comment savoir si votre fournisseur est compétent dans ce domaine ? Voici quelques normes à respecter : pour l’anodisation décorative, vérifiez que le processus respecte la norme ISO 7599. Pour l’anodisation dure, il doit répondre à la norme ISO 10074.

Quels sont les autres critères à prendre en compte ?

Nous avons expliqué que vos pièces aluminium vont faire partie d’un circuit électrique. Cela implique l’existence permanente d’au moins un point conducteur dans le composant. Ce point ne sera pas anodisé.

Ne vous inquiétez pas : il ne s’agit généralement que d’environ 0,1 % de la surface de la pièce.

En revanche, il est important d’anticiper comment votre composant sera monté et tenu. La fixation a deux fonctions : elle établit le contact électrique et elle maintient la pièce en place au cours du processus. Car la pièce ne doit pas tomber !

Ce point de contact et de fixation est souvent un alésage fileté garantissant une parfaite connexion électrique.  

Il doit assurer une meilleure préhension encore en cas d’anodisation dure, ce processus exigeant des tensions supérieures. Votre fournisseur peut donc avoir besoin de tarauder une pièce. 

Nous vous conseillons donc de travailler en concertation avec votre fournisseur. Le meilleur emplacement pour cela est généralement sur une partie non visible ou une surface de faible importance afin de cacher les marques de contact.

L’anodisation est donc une solution idéale pour protéger vos pièces en aluminium. Mais d’autres procédés s’offrent également à vous.

Tout dépend de vos besoins et des fonctionnalités de votre pièce.

Par exemple, le revêtement avec une couche de conversion au chromate est une technique judicieuse. Il dépose une pellicule protectrice améliorant la résistance à la corrosion des pièces aluminium. C’est en outre un excellent apprêt pour la peinture. Et il ne réduit pas la conductivité du métal.

Voilà. L’anodisation est une technique fantastique pour obtenir une finition décorative ou pour protéger vos pièces en aluminium. D’autres méthodes existent cependant. N’hésitez pas à les envisager, même si votre fournisseur ne vous les propose pas.

C’est tout pour cette semaine.

Nous espérons que vous avez trouvé ces informations utiles.

Rendez-vous dans la prochaine vidéo !

 

Avec nos remerciements à Natalie Constable.

 

Autres Vidéos >

Inscrivez-vous aux Masterclass "Insights"

Inscrivez-vous maintenant et ne manquez plus les Masterclass Protolabs' Insight.
Cliquez ici

Contenu associé